Accueil A la une Pr Daouda NDIAYE détecte un nouveau virus

Pr Daouda NDIAYE détecte un nouveau virus

0
PARTAGER

L’objectif étant de prévenir l’émergence de maladies infectieuses, de lutter contre les pathologies émergentes et ré-émergentes connues ou inconnues pouvant infecter l’homme directement ou l’animal avant de passer par l’homme, mais aussi de mettre en place un bon plateau technique pour la prise en charge.

Une équipe de chercheurs constate l’émergence des maladies qui proviennent des animaux et qui infectent l’homme. C’est la principale conclusion d’une étude du projet Predict Usaid menée par l’équipe du Pr Daouda Ndiaye, chef du département de parasitologie de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar et chef du projet Ucad Predict Usaid. Cette étude fait également cas de l’existence de virus nouveaux qui, jusqu’ici, n’étaient pas diagnostiqués à travers le monde. Les chercheurs ont pu arriver à ces résultats grâce à des «techniques et des méthodes innovantes» qui leur ont permis de procéder aux diagnostics des virus connus et inconnus. «Ces résultats ont été confirmés et validés et nous avons un important lot d’informations sur le plan des virus qui circulent, nouveaux ou anciens, que nous avons partagées avec le ministère de la Santé et d’autres pays», souligne Pr Daouda Ndiaye.

L’étude a d’abord porté sur des patients qui souffrent de maladies fébriles ou de pathologies infectieuses. L’objectif est de voir au-delà du paludisme bien connu qu’est-ce qui peut être à l’origine des autres causes de maladies d’origine fébrile, de causes inconnues, car pour le Professeur Ndiaye, aujourd’hui «sur 100 malades, il n’y a que les trois qui souffrent de paludisme. Alors, que représentent les 90% ?», s’interroge-t-il. Il peut s’agir de bactéries connues, de parasitoses, de champignons, mais aussi de virus. «Des virus émergents apparus récemment ou des virus ré-émergents réapparus, ou des virus que nous ne connaissons pas», note le chef de projet Ucad Predict. L’étude cherche à donc à comprendre l’épidémiologie de ces virus, ses aspects cliniques, comment se présentent ces maladies, surtout la durée d’apparition de ces maladies et qu’est-ce qu’il faut faire pour bloquer la transmission.

Parallèlement, des études ont été faites chez des animaux. Pour ce faire, l’équipe est allée voir le réservoir de virus hébergés chez l’animal. Mieux, ajoute le chef du projet, «nous sommes allés dans les domiciles pour voir les virus présents chez les personnes et qui n’étaient pas cliniquement identifiés et notre étude a essayé de voir les liens identifiés chez les malades et les porteurs sains», renseigne l’universitaire. Le but principal, selon le chef du département parasitologie de l’Ucad, est de prévenir l’émergence de maladies infectieuses, de lutter contre les pathologies émergentes et ré- émergentes qui ont pour noms zica, ébola, lassa et tout virus connu ou inconnu pouvant directement infecter l’homme ou l’animal avant de passer par l’homme, mais aussi permettre aux décideurs de mettre en place un plateau technique pouvant faire face à ces pathologies. «Si on connaît les gênes responsables, il devient alors évident et facile de pouvoir adapter les techniques que nous avions pour pouvoir diagnostiquer ces virus. En plus, cela permettrait de pouvoir mettre en place un bon système thérapeutique pour qu’éventuellement le Sénégal et au-delà l’Afrique puissent mettre un bon système de prévention par rapport à ces pathologies», fait savoir Pr Ndia­ye.

Predict Usaid est un projet de santé publique humaine et animale, financé par l’Usaid et mis en œuvre dans 35 pays. Au Sénégal, il implique tous les acteurs qui luttent contre les zoonoses, mais également la compréhension de l’épidémiologie et de la gestion des données de ces pathologies. Il est fort d’un partenariat entre l’école vétérinaire, l’Institut sénégalais de recherche agricole (Isra) et l’Université de Dakar. Il est mis en œuvre à Mbour, Saint-Louis et Kédougou en raison de la présence de parcs animaliers.

Le Quotidien

COMMENTER POUR DONNER VOTRE OPINION

Commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
S'il vous plait, mettez votre nom ici