Accueil A la une Pr. Cheikh Mbow, Directeur exécutif  de Start international: « Il y a une...

Pr. Cheikh Mbow, Directeur exécutif  de Start international: « Il y a une augmentation des maladies des plantes avec la hausse des températures »

0
PARTAGER

Lauréat du prix « Danida Alumni » édition 2018, le Professeur Cheikh Mbow enseignant chercheur à l’Institut des Sciences de l’Environnement de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar aujourd’hui, Directeur exécutif de Start International, un Think Tank qui s’intéresse aux questions de recherche liées au changement climatique, à la sécurité alimentaire et aux désastres et risques. Dans cet entretien, il a démontré comment la concentration en Co2 dans l’atmosphère affecte la production agricole.

 

Quelles sont les missions de Start International ?

C’est une entité qui a été créée  sous forme de projet pour appuyer les institutions des Etats-Unis à étendre leur programme de formation dans les pays en voie de développement. Mais après l’expérience réussie de quelques années,  la Facilité Mondiale pour l’Environnement a donné un financement structurant pour que Start puisse consolider l’appui technique pour la recherche et l’éducation dans les pays en voie de développement en Asie et en Afrique. Depuis 25 ans, Start est sur plusieurs thématiques environnementales et sur les changements climatiques. Elle travaille sur les questions des villes, de la sécurité alimentaire et sur les désastres et les risques en Asie. Tout cela fait  que Start est classé 3ème  Think Tant en Amérique du Nord en matière de changement climatique.

Nous aidons les décideurs à prendre les bonnes décisions en matière de développement durable. Nous faisons des recommandations pratiques pour le développement des communautés.

Il y  a au moins 3 niveaux de renforcement des capacités. Il s’agit du niveau communautaire, scientifique et au niveau des réseaux entre les chercheurs du sud pour qu’ils puissent travailler ensemble. C’est un partenariat diversifié  qui va au-delà des Etats-Unis. L’Europe, l’Asie et maintenant l’Afrique s’intéressent à ce que nous faisons.

Aujourd’hui si vous devez hiérarchiser les questions prioritaires en matière de lutte contre le changement climatique, qu’est-ce qu’il faut prendre en charge en premier ?

Tout dépend des continents. S’il s’agit de l’Afrique, la priorité, c’est la lutte contre l’insécurité alimentaire. Nous dépendons de l’eau pour produire notre alimentation. Les terres africaines ne produisent pas assez. La sécurité alimentaire est l’un des grands défis de l’Afrique. L’autre aspect, ce sont la croissance urbaine et l’occupation des sols. La croissance urbaine va plus vite que les politiques structurelles. Nous avons des problèmes d’allocations des espaces productifs par rapport aux espaces productifs. Tout cela accroît des risques en zones urbaines.

Pouvez-vous revenir sur la perturbation du processus de photosynthèse avec la fertilisation en Co2 de l’atmosphère ?

Le Co2 est un élément essentiel pour la nature et pour la photosynthèse. Mais avec la production industrielle et le changement climatique, il y a une concentration du Co2 dans l’atmosphère. Cet excès de Co2   a des effets induits sur la qualité de l’alimentation. Il y a d’abord le fait que certaines plantes absorbent plus la quantité de Co2 requise. La conséquence, c’est la qualité du produit alimentaire qui est affectée. L’autre aspect, le Co2 augmente les températures avec comme corolaire plus de maladies pour les plantes. Il y a des effets directs du Co2 sur la production alimentaire et indirects  avec le forçage climatique qui a des impacts sur la production agricole et la conservation des aliments. Malheureusement ces incidences ne sont pas bien prises au sérieux. Or avec la radiation, nous pouvons produire beaucoup d’énergie solaire et contribuer à la transformation des produits agricoles y compris dans des zones qui n’ont pas été raccordées au réseau électrique. Donc nos hommes politiques doivent savoir répondre aux défis du changement climatique.

 

                                                                                                                    Propos recueillis par Idrissa SANE

COMMENTER POUR DONNER VOTRE OPINION

Commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
S'il vous plait, mettez votre nom ici