Accueil Actualités Perspective 2024 d’une nouvelle conscience citoyenne- Sénégal

Perspective 2024 d’une nouvelle conscience citoyenne- Sénégal

0
PARTAGER

En 2012, l’avènement du mouvement « Y’en a marre » a fait appel à une conscience nationale citoyenne qu’il nomme NTS (Nouveau Type de Sénégalais).

Cependant, le peuple sénégalais, attaché aux concepts et aux terminologies, n’a pas jaugé à sa juste valeur la teneur progressiste de cet appel hautement citoyen. Sept ans après, en 2019, le chef de l’Etat SE Monsieur Macky SALL réitère les idéologies et suggestions de ce mouvement qui, auparavant, étaient mal comprises par la masse sénégalaise. Le mouvement a tenté de donner l’exemple du ramassage d’ordures notamment avec les sachets plastiques qu’ils utilisent dans leurs manifestations publiques. En écho à l’appel au civisme et à la citoyenneté prôné par le Président de la République SE Macky SALL dans sa prestation de serment (02 avril 2019) et son ‘Message à la Nation’ (03 avril 2019) pour un quinquennat positif dans le comportement national, nous proposions des perspectives. C’est dans cette dynamique que nous espérons (Yakaar) que cette prochaine politique du civisme et de l’assainissement de la rue publique n’ignorera pas la présence hideuse des enfants dans la rue. Prenons à titre illustratif ces propos : « Ce matin encore le journal en a parlé ; ces mendiants, ces talibés, (…) ces loques, constituent des encombrements humains. » Aminata SOW FALL, La grève des battus, 1969.

Lire aussi: Placer la culture au coeur du développement

Faudrait-il alors affaiblir le poids de la mendicité qui participe visiblement à l’insalubrité de l’espace public ? Faudrait-il également interdire la mise en place de matériels de cérémonies (bâches, chaises, musique à fond, etc.) dans les rues publiques au point de mettre en péril la circulation des personnes et des biens ?

En somme, il serait important de mettre en action de nouveaux comportements, facteur du développement personnel et national. Ces facteurs progressistes se nommeraient : éradication de la mendicité des enfants car les enfants constituent le capital humain, socle de l’émergence. Tout ceci grâce à une mise à niveau des valeurs culturelles ; éducation et instruction populaires ; protection et assainissement de l’environnement ; préférence nationale dans l’économie ; sauvegarde des droits civils et civiques ; éducation au numérique ; impulsion de l’économie numérique. Pour atteindre l’objectif précédemment décrit, il serait impératif de mettre en place un gouvernement avec des hommes et des femmes mues par une haute conscience citoyenne qui mettent les intérêts nationaux en avant. En guise d’illustration, nous vous proposons deux 2 figures respectives de pays, de nation et de gouvernement décrites dans Le Monstre Généreux du Quartier (Editions du Livre Universel, 2012) de Hadja Mai NIANG, la première (figure) laide et la seconde radieuse. La trame littéraire se tient dans le pays que l’écrivaine nomme la RDL (République Dolécratique des Luttériens) dont la devise est :

« DCD – DolécratieCorruption- Distraction ». Le récit est cadré à partir de 2013. De ces deux figures décrites dans Le Monstre généreux du quartier : quel type de citoyens, quel sens du civisme et quel gouvernement auriez-vous attribué à un pays en construction vers le développement fiable et durable ?

NB : Toute ressemblance avec des faits réels ne serait que pure et fortuite coïncidence.

Extrait ; préface (p.7) Après Au nom de Sanar ou l’Etudiant rouge, voici que Hadja Mai Niang nous revient avec le monstre généreux du quartier.

Lire aussi: L’éducation, moteur d’une gouvernance sociale

Ce drame humain répond autant à un souci d’éthique qu’à un intérêt esthétique. « Avertir les hommes, par le jeu de leurs semblables tel est mon dessein « , déclare l’auteur dans son avant – propos. Et de fait, cette pièce représente une critique profonde des sociétés et des gouvernements africains. Hadja Mai se veut un témoin de son temps qui appelle de tous ses vœux l’unité du continent symbolisée par les noms des avenues qui longent ce drame. Mais cet engagement politique se double ici des beautés de la création dramaturgique Professeur Oumar Sankharé Extrait Le Monstre généreux du Quartier (Pp. 33-75) (…) Suite du communiqué du marché des ministres :

1. Décret n°13/ 2013 du 02 janvier 2013 Portant nomination des ministres dont les noms suivent :

– M. Di-o-pourcen, Ministre d’Etat de la Corruption ;

– M. Prisonaogo, Ministre d’Etat de l’Injustice ;

– M. Tallamain, Ministre d’Etat des Enfants- mendiants ;

– Mme Piècetouret, Ministre d’Etat de la Mendicité 3

– M. ZéroJiob, Ministre d’Etat des Nés-retraités, du Chômage, de l’Informel et des Places publiques ;

– M. Bougikhaïri, Ministre d’Etat chargé de l’Obscurité nationale, de l’Augmentation du prix des hydrocarbures, du Gaz, des Transports terrestres et de la Mise en Circulation du Train maritime et du Bateau ferroviaire ;

– M. Poubelogba, Ministre du Désordre public ;

– M. Floklorieng, Ministre du Chant, de la Danse, du Mannequinat, de la Lutte, des Loisirs à la Télé et des films importés ;

– M. Camarapermis, Ministre chargé de la Protection des Pisseurs de la Rue et des Jeteurs de tout-à la rue ;

– Mme pilonpeumpeum, Ministre de la Bastonnade, des Querelles et des Coups bas.

– 9. Décret n° 14 / 2013 du 02 janvier 2013 portant nomination de M. Selthine, cuisinier de la République à la fonction de ministre de toutes les sauces.

Le Chef de l’Etat a profité du conseil, pardon ! du marché des ministres pour valider trois propositions émises lors du marché précédent.

1.Il est officiellement permis aux citoyens de la République dolécratique des Lutterriens de recruter des enfants et de les envoyer mendier dans la rue.

2. Il est officiellement permis aux citoyens de la République dolécratique des Lutterriens de pisser là où ils veulent, surtout dans les rues publiques et (3) de jeter tout à la rue.

Car « La RUE APPARTIENT A LA RUE »

Tableau 2 —————————————————————- Une lumière forte surplombe l’avenue de la Guinée.

On aperçoit sur le petit écran la journaliste du peuple marquer des pas de fierté en direction de la rue « Des Grands Hommes ».(…) Téléspectatrices et téléspectateurs, nous venons de recevoir le communiqué de la formation du nouveau gouvernement qui se dessine comme suit :

1. Décret n°3/ 2014 du 08 février 2014 portant la formation du nouveau gouvernement de la République Nouvelle Mentalité des Lutterriens, Ex République Dolécratique des Lutterriens. Il n y à point de titre de ministre d’Etat : tous les ministres ont le même niveau de fonction. Ainsi, le nouveau gouvernement est composé de 21 ministres :

1°) Ministre de la Santé et du Bien-être social 4

2°) Ministre de l’Education Nationale

3°) Ministre de la Culture et de la Protection des Mœurs

4°) Ministre de la Justice

5°) Ministre de l’Intérieur

6°) Ministre chargé des Affaires étrangères

7°) Ministre de l’Economie et des Finances

8°) Ministre du Budget

9°) Ministre de la Famille et de la Solidarité nationale

10°) Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique

11°) Ministre de l’Energie et de l’Hydraulique

12°) Ministre de l’Environnement et de la Protection de la Nature 13) Ministre de l’Industrie, des petites et moyennes Entreprises 14°) Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche

15°) Ministre de la Fonction publique et de l’Emploi

16°) Ministre des Sports

17°) Ministre de l’aménagement du territoire et du Tourisme

18°) Ministre du Transport et de la Sécurité Routière

19°) Ministre de la Communication

20°) Ministre des Forces Armées et du Civisme

21°) Ministre du Commerce La formation de ce nouveau gouvernement est accompagnée de la réforme appelée « deux décrets et une mesure»

Décret n° 4 / 2014 du 08 février 2014: le nouveau gouvernement va œuvrer pour la transformation des Lutterriens boxeurs à des Lutterriens bosseurs

Décret n° 5 / 2014 du 08 février 2014, le ministère de la Culture et de la Protection des Mœurs en remplacement du ministère du Chant, de la Danse, du Mannequinat, de la Lutte, des Loisirs à la Télé et des films importés va s’atteler à faire de la culture le vecteur des valeurs cardinales et morales de la société.

Maintenant, nous allons recevoir le chanteur du peuple pour qu’il nous livre le nouvel hymne national. Vos applaudissements, s’il vous plaît ! Jean

Charles Pierre SAMBOU Etudiant en 2ème année de Communication A l’Université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis

COMMENTER POUR DONNER VOTRE OPINION

Commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
S'il vous plait, mettez votre nom ici