Accueil A la une Innovation – L’Education nationale du Sénégal au rendez- vous du numérique

Innovation – L’Education nationale du Sénégal au rendez- vous du numérique

1
PARTAGER

De nos jours, on note une croissance rapide et continue de l’utilisation des outils numériques.

Les technologies de l’information et de la communication ont influencé tous les secteurs qui constituent notre monde : éducation, économie, santé, environnement, sécurité, etc.

Le numérique a révolutionné la recherche, l’acquisition et le partage du savoir. Comme nous l’avions écrit, il y a de cela cinq ans, tout acteur de l’éducation doit s’imprégner des possibilités d’innovations numériques afin de mieux organiser ses enseignements- apprentissages et ainsi, élaborer une meilleure politique éducative.

Certainement, c’est ce que le Ministre de l’Education nationale du Sénégal, monsieur Serigne Mbaye THIAM, a compris pour instruire ainsi la mise sur pied du Projet Ressources numériques pour Tous.

Le projet Ressources numériques pour tous, un palier au manque de professeurs

«Ce projet est né suite à des déplacements du ministre à l’intérieur du pays. », confie le responsable, monsieur Samba GUISSE, qui a reçu la Rédaction de Social Net Link.

En 2014, des élèves du Lycée de Bandafassi dans la région de Kédougou avaient accueilli le ministre avec des pancartes sur lesquelles ils réclamaient des professeurs de philosophie. C’est par la suite, que monsieur Mbaye THIAM a eu l’idée d’exploiter les opportunités que nous offre le numérique, comme le font certains pays développés : l’enseignement à distance.

Lire aussi Portrait- Samba GUISSE, le doyen qui envisage l’école du futur sans salles de classe

Le projet Ressources numériques ne se limite pas uniquement à la philosophie, pour démarrer, un focus a été fait sur les programmes de Mathématiques et de Physique- Chimie, en classe de terminale. Mais il sera étendu, dans le futur, pour permettre à l’ensemble des élèves d’en bénéficier.

La production de ces contenus numériques est faite par une équipe composée d’inspecteurs généraux de l’éducation et de la formation, d’inspecteurs qui sont spécialisés dans ces trois disciplines et de professeurs chevronnés.

Des équipements pour l’exploitation des ressources

Pour permettre aux apprenants de pouvoir utiliser ces contenus, 240 lycées ont été équipés. En conséquence, ils disposent de classes numériques communicantes, de mallettes pédagogiques, de tablettes…

Lire aussi Les TIC dans l’éducation : un remède au manque de formation des enseignants et à la baisse de niveau des apprenants

Les élèves ont un accès online et offline sur les cours. En plus de cela, il existe l’application SenProf téléchargeable sur PlayStore.

Actuellement, une chaine YouTube a été créée et l’équipe du SIMEN mettra en ligne une plateforme pour l’accès web.

Ce qui a changé…

D’après l’ancien professeur de Physique et Chimie, ces ressources ont beaucoup apporté dans le cadre des enseignements- apprentissages : « D’une part, certains professeurs sortants, sont novices dans le métiers. Conséquemment, ils s’inspirent sur ce que font ces collègues chevronnés pour ainsi mieux préparer leurs cours. D’autre part, si nous prenons l’exemple d’un lycée qui se trouve à Léona, un chargé de cours s’est formé à travers ces contenus et il arrive à dispenser des cours de philosophie.»

Lire aussi Avec les MOOCs, suivez gratuitement les cours en ligne des meilleures universités et écoles

En effet, même les apprenants sentent l’impact de ces vidéos d’après monsieur GUISSE. Car le lycée de Daara a enregistré l’année dernière, pour la première fois, trois Mentions très bien au bac, des filles. Ainsi, c’est elles- mêmes qui ont affirmé que c’est grâce à ces contenus.

A Dakar, dans une classe de terminale S1 au lycée de Thiaroye, tous les élèves ont décroché leur bac dont 50% avec mentions. Là- bas aussi, ils ont révélé que les vidéos ont été un très grand apport dans les résultats obtenus.

 

Source: SocialNetLink

COMMENTER POUR DONNER VOTRE OPINION

Commentaire

1 COMMENTAIRE

  1. […] L’innovation dans le secteur de l’éducation est impérative pour son développement dans les pays africains. C’est ce qui ressort des conclusions de trois jours de réflexion sur l’innovation technologique dans le secteur de l’éducation sur le continent. Selon les experts qui ont pris part à à ce rendez-vous, l’atteinte des objectifs des agendas 2030 et 2063 va dépendre fortement du niveau d’investissements dans le domaine des nouvelles technologies et les innovations. Ainsi, le Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Mary Teuw Niane préconise une ouverture et un partage d’expériences entre les pays africains d’abord ensuite entre ces derniers et ceux des autres continents du monde. « Nous voulons tous la même chose pour notre continent. Nous avons tous, les mêmes aspirations. Une foi en l’Afrique et un engagement pour ceux qui vivent sur le continent en comptant d’abord sur nous-mêmes et en nous ouvrant en nous-mêmes, aux autres et en leur expérience. C’est aussi, cela l’Afrique intégrée au monde et prenant part aux échanges internationaux », a déclaré le ministre de charge de la mise en œuvre des réformes en cours dans le secteur de l’enseignement supérieur, qui estime que  les débats ont été riches, passionnants, passionnés parfois d’une grande génération, d’une exceptionnelle qualité toujours avec talent. […]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
S'il vous plait, mettez votre nom ici