Accueil Actualités FORMATION DES ENSEIGNANTS:La Fastef préconise le renforcement depuis l’élémentaire

FORMATION DES ENSEIGNANTS:La Fastef préconise le renforcement depuis l’élémentaire

0
PARTAGER

La Faculté des sciences et technologies de l’éducation et de la formation (Fastef, ex-Ecole normale supérieure), a organisé, hier, la première édition de sa « Journée portes ouvertes ». Une occasion pour Mangary Kâ, le président du comité d’organisation, de préconiser le renforcement de l’encadrement des élèves depuis l’élémentaire.

La première édition de la « Journée portes ouvertes » de la Faculté des sciences et technologies de l’éducation et de la formation (Fastef), s’est déroulée hier dans l’enceinte de l’établissement qui a comme devise « Se former pour mieux éduquer ». Président du comité d’organisation et formateur au département de Mathématiques, Mangary Kâ, au nom de l’établissement, a préconisé le renforcement dans l’encadrement des élèves dès l’élémentaire. Apportant une réponse sur la faiblesse constatée de certains enseignants sur le territoire national, il a reconnu que le problème se situe déjà à la base, précisément à partir du primaire et du secondaire. M. Kâ de proposer ainsi le renforcement de l’encadrement. « La solution n’est pas du ressort de la Fastef. Mais, il faudra régler le problème depuis cette base pour avoir la qualité avant que les futurs prétendants ne puissent accéder aux établissements formateurs d’enseignants », a-t-il indiqué.
Tout enseignant, bachelier ou licencié qui débarque à la Fastef reçoit automatiquement un renforcement académique avant de passer à la formation purement professionnelle, a rappelé le formateur en mathématiques. « Déjà qu’il faut cinq années d’expérience professionnelle et une thèse de Doctorat pour intégrer l’établissement », a-t-il précisé.
Cette « Journée portes ouvertes » a été une occasion pour la Fastef d’accueillir la communauté éducative sénégalaise et la population qu’elle sert, d’exposer ses missions et projets et de faire découvrir ses enseignements et activités de formation et de recherche. Toutefois, Mangary Kâ s’est désolé du cloisonnement qui existe au sein de la Fastef. À l’en croire, certains enseignants du département de Mathématiques ne savent pas ce qui se fait au département des Sciences de la vie et de la terre (Svt), alors qu’un seul type de professeur de mathématiques et de Svt est formé par les deux départements. Pour M. Kâ, cela est dû au fait qu’ils ne collaborent pas. Dès lors, l’objectif, a-t-il dit, sera de décloisonner les départements, créer une rupture et qu’il y ait une collaboration, une synergie des compétences dans l’établissement, mais aussi s’ouvrir aux autres écoles.

 

Gabriel DIOUF (stagiaire), lesoleil.sn

COMMENTER POUR DONNER VOTRE OPINION

Commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
S'il vous plait, mettez votre nom ici